Managers, managez-vous

Comme la charité bien ordonnée commence par soi-même, management bien ordonné répond à la même règle !

Managers, managez-vous
Photo par Miguel Bruna / Unsplash

Oui, le management est une question de techniques et de savoir-faire, mais c'est aussi une question de maîtrise de soi-même pour être en mesure de faire face aux contextes émotionnels et situationnels rencontrés.

Dans la mesure où je considère que le fait de se manager revient d'abord à se maîtriser, deux définitions me semblent importantes avant d'entrer dans le vif du sujet.

Maîtriser (se) : "garder le contrôle de soi, se dominer." (Larousse)
Dominer : "être le maître d'un territoire, exercer sur lui sa souveraineté pleine et entière" (Larousse)

Si l'on combine les deux, nous obtenons : "garder le contrôle de soi en étant le maître de son propre territoire".

Et c'est précisément de ça dont il est question dans le fait de se manager, de garder sa souveraineté sur son propre territoire, autant en termes de périmètre de responsabilité que de comportement.

Le management révèle et exacerbe.

Le management révèle et exacerbe le caractère profond de l'individu désigné pour manager. Et cela avec une facilité déconcertante : en le mettant en situation de responsabilité. Cette dernière apportant inévitablement son lot de stress.

Ce stress vient généralement de plusieurs facteurs générateurs d'inquiétude, en voici quelques uns :

- l'inconnu de la première fois, le cas échéant : l'arrivée à un poste de manager peut-être un véritable choc. Entre ce qui a été lu, écrit, entendu et...la réalité du terrain, le choc peut être réel.

- le manque de préparation, voire l'absence de formation : arriver sur un poste à responsabilité sans être accompagné revient à entrer dans une forêt sans guide et sans plan.

- la volonté de ne pas décevoir, et la pression sociale associée. Que ce soit celles et ceux qui vous ont nommé, les équipes dont vous prenez la tête ou encore, souvent inattendu, votre entourage privé auquel vous avez communiqué votre promotion.

- l'incapacité de l'exercice du pouvoir : certains seront trop durs alors que d'autres trop mous, dans les deux cas cela révèle une incapacité (qui peut être temporaire, je vous rassure) d'exercer le pouvoir. En effet, ce n'est pas chose facile ou inné que d'appliquer le pouvoir voire de sanctionner. Les managers en poste le savent, l'exercice du pouvoir peut soulever de véritables questions philosophiques ou personnelles.

- la mauvaise connaissance de soi dans l'adversité. L'argent, le pouvoir et la reconnaissance sociale restent des motivations actives au sein des entreprises. Le manager du service d'en face vous voit peut-être comme un rival. N'oubliez pas que le nombre de places se restreint plus on monte la pyramide hiérarchique. L'adversité peut mettre à rude épreuve la résistance psychologique, certaines attaques pouvant ne pas être frontales ni même déclarées (ou assumées).

- l'exacerbation du jeu politique et l'exposition à ce dernier ont tendance à augmenter en même temps que l'ascension dans la pyramide hiérarchique se fait. C'est un fait. Ceci étant dit, l'intensité et le niveau de malveillance peut varier drastiquement d'une entreprise à l'autre.

Managers, managez-vous

Maintenant que le tableau (et quel tableau...) a été dressé, voyons 5 possibilités d'action pour le manager moderne souhaitant reprendre le contrôle (principalement de lui-même).

1. Travaillez une vision claire et simple de votre objectif / but

Ne serait-ce que pour les tâches de la journée : to do list si vous en êtes un adepte ou tout simplement le fait d'intégrer des commentaires dans les tâches prévues dans votre calendrier.

💡
Ci-dessous une capture d'écran de mon calendrier, dans lequel j'enregistre absolument tout ce que j'ai à faire, ainsi que des indications complémentaires en commentaires de l'événement

2. Pratiquez la conscience émotionnelle

La première étape est d'accepter de reconnaître l'impact émotionnel des différentes situations. Personne n'est invincible, sans cœur ou profondément stoïque. Manager ou non, nous restons des êtres humains, sensibles aux énergies et vibrations des uns et des autres.

Bien que je défende une approche contractuelle et métier de la fonction de manager, en nier l'aspect humain me semble idiot. Aussi, comment un humain peut-il efficacement engager avec un autre s'il n'a pas un minimum de conscience de ce qu'il est, et de ce qui l'anime ou le touche ?

3. Décidez

Le métier de managers est fondé sur l'arbitrage. Le plus gros défi du manager n'est pas de régler les conflits (pas que) mais bel et bien d'arbitrer, pour tout et parfois...vraiment n'importe quoi...

Aussi, apprenez à décider des petites choses rapidement et tenez vous à votre décision. Un très bon exercice qui vous fera peut-être sourire : le choix de votre plat au restaurant.

4. Prenez vos responsabilités

Pas celles du manager d'un autre service, pas celles de votre N+1, pas celles de vos équipiers, non plus. Juste les vôtres. D'ailleurs, à ce propos, vous êtes responsables des résultats de votre équipe mais pas des actes de vos équipiers...ne mélangeons pas tout. Plus vous prendrez vos responsabilités, plus votre niveau d'assertivité naturelle et de légitimité informelle augmenteront.

Je sais, ça peut paraître contre-intuitif...et vous savez quoi ? Ça l'est !

5. Prenez rendez-vous avec vous-même

Je ne vous parle pas de méditation ou de balades en forêt là, je parle de bloquer des temps pour vous, dans votre calendrier. Des temps de tri de mails autant que des temps de réflexion sur la manière dont vous allez organiser la suite des activités de votre service.

Je m'arrête là, vous avez déjà de quoi faire !

Olivier KAMEL


Un besoin de formation ou coaching ?

Une question ?

Un cas de management à me soumettre ? (tous sont traités gracieusement et anonymement)